FAUT-IL BRÛLER LES JOURNALISTES ?

AU PROGRAMME
Il fut un temps où la profession était considérée comme respectable. Aujourd’hui, les journalistes sont dénigrés. Le fossé avec le public est-il irrémédiable ?

VENDREDI 14 JUILLET

9h30 – 10h30
DJIHADISME ET JOURNALISME
Wassim Nasr / Vécu
Journaliste trilingue français-arabe-anglais à France 24, Wassim Nasr est spécialiste du djihadisme, auteur d’”Etat islamique, le fait accompli” (Plon, 2016) et consultant pour le film “Daech, le studio de la terreur” (réalisé par Alexis Marant, Canal+, 2016) qui décrypte la machine de propagande de l’Etat islamique. L’un des rares journalistes à rencontrer des djihadistes pour son travail, il raconte la complexité et les errements de la couverture médiatique du terrorisme.

10h30 – 12h
INFORMER N’EST PAS UN DÉLIT
Valentine Oberti / Témoignage
Passée par RFI, Mediapart ou “Cash Investigation”, aujourd’hui journaliste à Quotidien (TMC, ex-Petit Journal), Valentine Oberti est l’auteur du scoop sur les filles assistantes parlementaires de l’ex-ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux. Membre fondateur du collectif “Informer n’est pas un délit”, elle vient à Autun parler des agressions de journalistes par les supporters de certains candidats, de l’incrédulité d’une partie du public vis-à-vis des révélations des médias, et de la place de l’information dans une émission d’”infotainment”.

12h – 13h
DANS LES QUARTIERS
Ségolène Malterre et Wassim Nasr / Témoignage
Journalistes à France 24, ils racontent le quotidien des quartiers populaires français dans leur émission Pas 2 Quartier, avec un concept original : les images sont tournées par les habitants eux-mêmes. Ils dressent un panorama des relations, souvent marquées de défiance et d’incompréhension, entre les médias et les habitants de ces quartiers.

SAMEDI 15 JUILLET

9h30 – 10h30
MÉDOR, UNE COOP
Céline Gautier / Expérience
Journaliste indépendante belge, Céline Gautier est cofondatrice de Médor, un trimestriel d’enquêtes et de récits centré sur la Belgique. Elle vient à Autun raconter la création de cette revue au fonctionnement original (édité par une coopérative, logiciels libres, articles et illustrations en “creative commons”, direction tournante…) dont le nom renvoie les journalistes à leur rôle de “chiens de garde de la démocratie” : avant même son lancement, fin 2015, Médor subissait des poursuites que la justice rejetait, disant qu’elles s’apparentaient à de la censure.

10h30 – 12h
LA FABRIQUE DE L’INFO
Florence Aubenas / Vécu
Grand reporter au Monde, Florence Aubenas s’est toujours intéressée à « La Fabrication de l’information » (titre d’un ouvrage qu’elle a coécrit avec le philosophe Miguel Benasayag), et à la manière dont le public perçoit celle-ci. A Autun, elle illustre ces questions par des exemples tirés de son travail et de ses rencontres, à Outreau, à Ouistreham ou ailleurs.

12h – 13h
ÊTRE JOURNALISTE EN RUSSIE
Zoïa Svetova
“L’une des journalistes et défenseures des droits de l’homme les plus respectées en Russie” selon Amnesty International, lauréate du prix Sakharov, Zoia Svetova a subi fin février une perquisition du FSB, les services spéciaux russes. Fille de dissidents, petite-fille d’un historien fusillé pendant les purges staliniennes, elle raconte la condition des journalistes dans la Russie de Vladimir Poutine.

DIMANCHE 16 JUILLET

13h – 14h
MERDIAS ET JOURNALOPES
Arnaud Mercier / Décryptage
Pourquoi le fossé se creuse-t-il entre les journalistes et le public ? Quelle est la sociologie des premiers ? Qui sont ceux qui les agressent dans les meetings électoraux, ou fustigent “merdias” et “journalopes” sur les réseaux sociaux ? Arnaud Mercier, professeur à l’université Panthéon-Assas (Institut français de presse), répond à ces questions en s’appuyant sur son travail de sociologue.

14h – 15h30
AFFAIRES SENSIBLES
Fabrice Arfi / Témoignage
Journaliste à Mediapart, Fabrice Arfi a sorti de nombreuses “affaires” depuis le lancement du site en 2008 : Cahuzac, Karachi, le financement libyen de la campagne de Sarkozy en 2007, notamment. Il dresse un panorama des moyens utilisés par les mis en cause pour contrer ces révélations… avec, parfois, le soutien d’autres journalistes.

15h30 – 16h30
TRAVAILLER EN MILIEU HOSTILE
Patrick de Saint-Exupéry / Décryptage
Le co-fondateur de la revue XXI revient sur son expérience de correspondant en Russie et sur le traitement d’un dossier sensible, le Rwanda.

© La Dolce vita

THÉMATIQUE ANIMÉE PAR

Augustin Scalbert

Journaliste depuis la fin du siècle dernier, j’ai débuté comme reporter au pays du “Petit Grégory” dans un journal racheté depuis par une banque, avant d’intégrer l’équipe fondatrice de Rue89 jusqu’en 2012, puis de collaborer à divers médias appartenant désormais plus ou moins à des banques. Parmi différents sujets, mon champ d’exploration préféré reste la fabrique de l’information, que j’ai notamment chroniquée dans la matinale de France Inter – quelques années avant de publier un livre racontant un demi-siècle de relations de cette radio avec le pouvoir politique (“La Voix de son maître ?”, Nova éditions, 2012). Aussi éditeur indépendant, producteur de documentaires, enseignant en école de journalisme, et DJ à mes heures perdues.

© Frédérique Barraja

INFOS PRATIQUES

COMMENT VENIR ?

Par la route
Autun est à deux heures de voiture de Lyon et trois heures de Paris.

3 échangeurs d’autoroute à proximité :
Beaune, Pouilly-en-Auxois et Chalon sur Saône (environ 45 min)
Calais (A26-A5) / Paris (A6-A5) / Luxembourg, Nancy, Metz (A31) / Mulhouse,Besançon / Lyon (A6)

Faites du covoiturage entre festivaliers ! Cliquez ici pour poster votre annonce.

Par le train
Depuis Paris ou Lyon, descendez à la Gare TGV du Creusot :
Paris – Le Creusot TGV (Montceau) : 1h15
Lyon – Le Creusot TGV (Montceau) : 0h45

Depuis le Sud et l’Ouest de la France, soyez vigilants et descendez à la gare d’Etang-sur-Arroux.

Il existe des navettes depuis les gares du Creusot et d’Etang-sur-Arroux, elles durent 30 minutes et coûtent 2 €. Retrouvez les horaires ici.

 

 

 

OU DORMIR ?

Les environs d’Autun regorgent d’adresses charmantes, gîtes et chambres d’hôtes, toutes les informations sur le site de l’office du tourisme.

Un camping éphémère et gratuit est à la disposition des festivaliers au stade Saint-Roch, à Autun. Ouverture le jeudi 13 juillet à 14h, fermeture le lundi 17 juillet au matin. Plantez votre tente !

TARIFS

  • Pass pour une journée : 20 €
  • Pass pour les trois journées : 50 €
  • Pass pour une demie journée : 10 € (en vente sur place uniquement)

Le festival est gratuit pour les enfants de moins de 15 ans et des tarifs réduits sont disponibles pour les lycéens, les étudiants, les demandeurs d’emploi et les personnes en situation de handicap.

Vous avez une question ?

RENDEZ-VOUS EN JUILLET !

Nous recherchons des bénévoles disposant du BAFA afin d’animer l’atelier enfant. Si vous souhaitez participer, contactez nous via le formulaire ci-contre.

RELATIONS PRESSE ET ACCREDITATIONS :
presse@lesrendezvousdejuillet.fr